Pour ce faire, il est important de bien définir les besoins et les usages du DSC_0264jardin (jardin familial, espace de détente, collections végétales…) ainsi que les attentes (entretien minimum ou jardinage récréatif, aspect formel d’un jardin moderne ou romantique de mixed-borders à l’anglaise, recherche d’une ambiance particulière –jardin zen-, objectif d’une petite production fruitière ou légumière familiale…)

Ma démarche vise ainsi à créer des espaces jardinés esthétiques, fonctionnels et écologiques dans le prolongement de l’habitat, selon les souhaits de ses propriétaires, mais aussi de les penser en veillant à : 
- préserver les ressources en général (patrimoine végétal existant, consommation en eau limitée par le choix d’essences adaptées, optimisation de la biodiversité, préservation des écosystèmes), 
- à s’insérer dans un contexte 
o physique -exposition, sol, climat,…- 
o et humain - budget, entretien, circulations, gestion de vis-à-vis…-existants en répondant à des contraintes précises, 
- à utiliser des savoir-faire et des produits locaux (matériaux, pépinières, plants, pratiques agricoles particulières)

DSC_0294

Le tout pour concevoir des espaces privés ou publics conciliant harmonie et usage, subjectivité et fonctionnalité, biodiversité et humanité.

Ces espaces jardinés seront l’expression de la volonté des commanditaires grâce à un dialogue constant, pour mettre en œuvre une idée de projet de jardin et lui donner forme. La variété de milieux naturels et de paysages possibles en tant que source d’inspiration, la diversité végétale infinie permise par la botanique trouveront dans chaque jardin un contexte unique où résonner.

 Mon parcours, en plus de me permettre de rencontrer des personnes géniales, m’a appris que toutes les échelles du projet d’aménagement paysager sont intéressantes, depuis la région, lePERSPECTIVE__Jardin_sur_dalle_red département, le territoire, la ville, le quartier, l’habitat d’une espèce et la parcelle de jardin, et que la logique du questionnement en matière d’environnement et d’écologie reste la même pour le paysagiste, si toutefois l’on souhaite y intégrer ces valeurs :
o Dans quoi s’insère-t-on ? Le contexte (végétal, milieux physique, trame bâtie) à grande et à petite échelle
o De quoi part-on ? Quels éléments existants peuvent être valorisés ? Le potentiel végétal, le potentiel écologique, le potentiel visuel, les ambiances
o Quelles sont les contraintes ? Les circulations, le climat. Et l’homme dans tout ça ? Le budget
o Que cherche-t-on ? Quel type de jardin ? Quelle atmosphère est attendue ? Quel entretien vise-t-on ?